Publié par : Celine Balloy | 29 décembre 2011

Le mûrier de Joseph

Pour profiter au mieux de sa récolte, il est conseillé de palisser le mûrier sur des fils. Ici, exemple en éventail. Crédit C. Delhaye

Pour profiter au mieux de sa récolte, il est conseillé de palisser le mûrier sur des fils. Ici, exemple en éventail. Crédit C. Delhaye

A la campagne, on discute facilement avec les anciens. Mon voisin est un éleveur de veaux et il a un incroyable sens de l’observation de la nature. Toujours dehors par tous les temps, il a sans cesse quelque chose à m’apprendre sur l’environnement qui m’entoure. Ce matin, il est arrivé avec une pousse de mûrier sans épine, à racines nues, prêt à être plantée dans mon jardin.

« Il lui faut du soleil; et surtout, tu le laisses s’arquer jusque par terre: il s’enracinera et tu auras deux pieds ! » (c’est ce que l’on appelle le marcottage)

Je vais enfin avoir des petits fruits dans mon jardin. A moi les confitures et les tartes ! Ca ne m’empêchera pas de poursuivre ma cueillette sauvage dans les fossés: une activité pour toute la famille !

L’arrivée de ce mûrier est l’occasion de refaire le point sur cet arbuste :

Mûrier

Il est résistant au gel (-20°C), n’est pas trop sensible aux maladies (un peu de botrytis ou pourriture grise en cas de chaleur et d’humidité) et produit de bonnes mûres en fin d’été (août, septembre).

Plantation

C’est sans doute la partie la plus délicate. Le mûrier ne demande pas d’entretien particulier si ce n’est un peu de travail au démarrage.

mûrier palissé à l'horizontal

Autre posibilité: mûrier palissé à l'horizontale. Crédit C. Delhaye

  • Pour éviter d’avoir un arbuste ingérable qui pousse en tout sens, il est conseillé de palisser les branches le long de fils.
  • Pour ce faire, il faut prévoir une armature avec des poteaux et des fils tendus de part et d’autre.
  • C’est aussi de cette manière que vous parviendrez à gérer la production de votre mûrier en supprimant les branches en surnombre et les branches qui ont déjà donné.
  • Prévoyez 2m entre chaque plant.
  • Réservez lui de préférence une place au soleil.
  • Une terre ordinaire de jardin lui convient.

Taille simple

On taille à ras à la saison creuse (automne, hiver) les pousses qui ont déjà donné. On garde en revanche sur le mûrier les banches de l’année, couvertes de bourgeons et qui donneront l’année prochaine. On supprime aussi toutes les branches qui se croisent et on ne conservent que les plus belles que l’on attache à l’horizontale sur les fils.

Si vous avez un grand jardin, vous pouvez en revanche le laisser libre : vous aurez un arbuste de plus de 2m.

La récolte

Si votre récolte est abondante, voici un truc de jardinière pour les conserver congelées sans qu’elles soient agglutinées l’une sur l’autre.

  • Passez les mûres sous l’eau sans les abîmer.
  • Une fois sèches, posez-les sur un plateau et placez celui-ci au congélateur.
  • Dès qu’elles sont congelées rangez-les dans des sacs.
  • Servez-vous de la quantité souhaitée

Responses

  1. I truly like when you handle this identify of substance privileged your posts. Perhaps could you remain this?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :